Mat de télécommunication

Est-ce-que nous avons besoin de la 5G? ou l’opportunité de redéfinir le progrès

Alors que la couverture de la France en 4G est bien avancée, le sujet de la 5G pose fondamentalement la question de la redéfinition des besoins et du progrès.

Nous sommes entrés dans une phase de convergence des crises (biodiversité, climatique, environnementale, ressources, économique/financière et sociale) qui doit nous amener à reconsidérer les fondements de notre société et plus particulièrement le système économique. Le système capitaliste néolibéral basé sur la dérégulation, la concurrence internationale, la compétitivité et la consommation croissante est en grande partie à la source des différentes crises mentionnées.

Sans parler de révolution, au moins quelques décisions fortes doivent être prises pour espérer nous diriger progressivement vers un peu de sobriété. Cependant, une nouvelle idole technologique est apparue depuis quelques années qui balaye toutes les autres et va typiquement dans la mauvaise direction: la 5G.

D’après l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) « La cinquième génération de communications mobiles (5G) se présente comme une génération de rupture, celle qui ne s’intéresse plus uniquement au monde des opérateurs mobiles grand public, mais qui ouvre de nouvelles perspectives et permet la cohabitation d’applications et usages extrêmement diversifiés, unifiés au sein d’une même technologie. »

Le schéma ci-dessous vous présente quelques-unes des applications attendues avec cette avancée technologique (Source : ARCEP).

Applications 5G

Concrètement, quels sont les intérêts de la 5G ?

  • Un débit beaucoup plus élevé pouvant monter jusqu’à 10 Gigabit par seconde par comparaison avec votre débit 4G qui tourne autour de 100 Megabit par seconde. Donc un débit 100 fois plus grand. Un tel débit vous permettrait de télécharger un film à la vitesse de l’éclair ou même de regarder des vidéos en streaming en 3D et/ou en réalité virtuelle.
  • Un temps de latence réduit. Les experts des jeux vidéos connaissent bien ce problème de latence qui correspond au temps écoulé entre l’action enclenchée et la réaction du logiciel. Dans le déploiement d’objets connectés, comme par exemple des voitures autonomes, cette notion de latence est essentielle.
  • Les capacités de la 5G permettent de multiplier les objets connectés à foison et de gérer tous les flux de données associés.
  • La 5G est plus efficace en termes de performance tout en consommant moins d’énergie. Cela permettrait d’améliorer les capacités des batteries.

Selon Steven Mollenkpof, directeur général de Qualcomm (société spécialisée dans les technologies mobiles), lors de sa conférence au salon CES 2017, la 5G aurait un impact aussi important que l’électricité ou même le moteur à explosion en leur temps pour l’économie numérique. Nous serions donc à l’aube d’une vraie révolution avec des applications pour les usages sur téléphones mobiles, pour les objets connectés,  la voiture autonome, la télémédecine mais également les processus industriels.

Le gouvernement comme tous les acteurs du secteur des télécommunications se frottent les mains. D’abord, l’Etat qui va vendre l’accès aux bandes de fréquences nécessaires à la mise en place de ce nouveau réseau. En Allemagne, l’attribution des fréquences a rapporté 5,7 milliards d’euros à l’Etat. Une belle manne financière en perspective même si l’Etat français est prêt à proposer une partie des bandes de fréquences à des prix plus raisonnables pour pousser les opérateurs à investir pour une couverture maximale et rapide. Les opérateurs sont également très motivés puisqu’ils espèrent non seulement vendre de nouveaux téléphones compatibles avec ce nouveau réseau, mais aussi des nouveaux forfaits, ainsi que toute une série de services associés à des objets connectés.

Bien entendu, tous ces nouveaux services doivent être une source de création d’emploi et de fioul pour la sacro-sainte croissance. Outre l’installation de nouvelles antennes relais, la vente des nouveaux produits et services nécessaires à la rentabilisation de l’achat des fréquences par les opérateurs entrainera une fois de plus une consommation croissante de ressource en métaux, plastique et énergie.

Pourquoi ? Je pose cette question toute simple. Pourquoi ?

Cela nous amène à réfléchir à la contradiction quotidienne que nous vivons entre besoin et envie. Nous avons certainement envie d’un réseau de communication encore plus performant mais est ce que nous en avons besoin? Passons alors en revue les intérêts potentiels de cette nouvelle technologie.

Tout d’abord, l’accélération du débit de données dans vos téléphones portables. Oui, on peut toujours le plus, mais est ce que votre connexion 4G/4G+ vous parait si lente aujourd’hui ? On atteint déjà aujourd’hui des capacités d’application avec nos téléphones portables qui dépassent nos rêves les plus fous. Est-ce que nous avons besoin, voire même vraiment envie, de regarder tous les films en 3D, avec une résolution 4K ? Est-ce que vos films vous apparaissent de si mauvaise résolution qu’il vous parait indispensable que l’on investisse des milliards ?

Je peux reconnaitre que la réalité virtuelle est enthousiasmante pour les jeux vidéos mais il me semble raisonnable de penser que vous jouez surtout chez vous et que des améliorations de débit via la fibre optique pourraient remplir cette fonction sans une nouvelle installation de relais à travers tout le pays.

La 5G serait aussi absolument nécessaire pour gérer une multiplication des objets connectés. A nouveau, est ce que nous avons vraiment besoin d’un foisonnement d’objets connectés qui vont nécessairement consommer des matières premières et de l’énergie ? Je n’ai pas encore vu, entendu ou lu la présentation d’un objet connecté pour les particuliers qui soit si indispensable au quotidien. C’est donc ajouter un nouveau luxe à nos vies que nous n’avons même pas demandé ou imaginé.

Et ne vous laissez pas berner par les promesses d’économie d’énergie telle qu’elles sont présentées parce qu’elles ne sont pas indépendantes des points précédents. La consommation d’énergie des appareils connectés via la 5G serait optimisée mais n’oubliez pas qu’on nous promet un foisonnement de nouveaux appareils. On obtiendrait donc une augmentation croissante de la consommation d’énergie aussi optimale soit-elle pour chaque appareil pris séparément.

Le développement de la voiture autonome est tout un sujet en soi mais on peut imaginer aisément un effet rebond qui entrainerait une augmentation significative des trajets en voiture avec l’apparition de cette technologie qui donnerait accès aux déplacements individuels à de nombreuses personnes qui n’y ont pas aujourd’hui accès (personnes âgées, personnes n’ayant pas le permis de conduire,…). Cette avancée pourrait être remplacé par un développement vraiment ambitieux de transports en commun jusqu’au dernier kilomètre.

Concernant la télémédecine, la 5G pourrait remplacer l’installation d’une connexion par fibre optique mais le concept même de télémédecine dans un pays industrialisé comme la France, est un aveu d’échec flagrant. On reconnaitrait pleinement que la technologie vise à remplacer la présence humaine. Elle résoudrait le symptôme mais nullement la désertification de régions entières de notre pays.

Dernier point : les besoins industriels. Lors de la conférence sur le futur Pacte Productif à laquelle j’ai assisté en octobre dernier, on parlait d’Industrie 3.0 et 4.0 pour lesquelles la connectivité sera essentielle. Malheureusement, dans une interview donnée au Monde en avril 2019, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État chargée des télécoms, estimait « qu’il n’y a pas encore de demande très claire de la part d’industriels ».

Nous sommes donc clairement sur une technologie qui ne répond à AUCUN vrai besoin de notre société occidentale industrialisée. C’est donc une technologie purement guidée par un esprit marketing qui vise à créer des envies pour des services dont nous n’avons pas besoin. Certains appeleront cela le progrès mais la contradiction entre les applications de nouvelles technologies et les impacts néfastes dont nous réalisons progressivement l’étendue nous amène à douter de cette définition. Le progrès a aujourd’hui dans nos espris deux facettes principales. Le progrès technologique et le progrès social, ce dernier est régulièrement associé, surtout récemment, à une évolution des moeurs (mariage pour tous, PMA pour les couples de femmes,…). Autant nous pouvons clairement entendre des discours résistants et des avis dissonants sur ce type de progrès sociaux, autant le progrès technologique n’est que rarement remis en cause. Le progrès social a une étendue plus large que le sujet des ‘moeurs’ et la transition de notre société vers une sobriété qui nous permettra de vivre en équilibre avec l’environnement, tout en redéfinissant nos priorités pour remettre le lien social au centre de notre système de valeurs me semble le plus grand progrès social que nous pourrions ésperer au 21ème siècle. Faire le choix technologique de renoncer à la 5G constituerait en soi un progrès social gigantesque. Le progrès technologique ne doit pas s’accaparer le monopole du progrès et c’est aussi par le renoncement que nous redéfinirons nos priorités.

Les abandons des projets du nouvel aéroport de Notre Dame des Landes et du complexe Europacity étaient de très bonnes nouvelles qui allaient dans le sens de la sobriété que nous devons rechercher sans utiliser la croissance et la création d’emplois comme les seuls boussoles valables pour nos existences.

Est-ce que le gouvernement aurait le courage de renoncer à la mise en place de la 5G pour montrer une vraie compréhension des enjeux de la convergence des crises que nous vivons ?

L’attribution des premières bandes de fréquence aura lieu dans les mois à venir, et j’en doute malheureusement puisque cette technologie coche toutes les cases d’une philosophie consumériste et technophile chère à tous les gouvernements qui se succèdent.

6 comments

  1. Bonjour,

    Agir pour l’environnement a lancé une pétition “Stop à la 5G”:

    https://stop5g.agirpourlenvironnement.org/?utm_source=sendinblue&utm_campaign=CAappeladon__5G_Ca_va_chauffer_!!!&utm_medium=email

    Voici leur texte:


    5G : CA VA CHAUFFER !!!

    Mélangeant vitesse et précipitation, le gouvernement a publié, le 30 décembre 2019, en catimini, l’arrêté fixant les conditions de mise aux enchères des fréquences de la 5G en France.

    Malgré les demandes répétées des associations, cet arrêté n’a été précédé ni d’un débat public ni d’une évaluation environnementale et sanitaire.

    Pourtant, les fréquences utilisées par la 5G vont conduire les opérateurs à tripler le nombre de nouvelles antennes-relais par rapport à la 4G. Pire, selon un document de l’Agence nationale des fréquences, le nombre de points « atypiques » où l’exposition aux ondes des riverains dépasserait les 6 V/m pourrait être multiplié par 8 !

    Au-delà de l’exposition aux radiofréquences, la question des usages numériques est également posée : l’hyper-connexion généralisée induit des effets psycho-sociaux délétères. Un adolescent passe désormais plus de 6 heures par jour connecté. Sur le plan environnemental, la 5G pourrait engendrer une augmentation de la consommation électrique du pays de 2%.

    Incidemment, la quasi-totalité des mobiles actuels ne sont pas compatibles avec la 5G. Le feu roulant des « nouvelles » technologies vont entraîner un immense gaspillage; les équipementiers pariant sur l’obsolescence technique pour renouveler l’ensemble du parc de téléphones portables.

    Enfin, pour assurer le succès de la 5G, le gouvernement n’a pas hésité à casser les prix. L’attribution des fréquences a rapporté 6,55 milliards d’euros en Allemagne et ne devrait rapporter que 2,17 milliards en France; trois fois moins ! L’utilisation de la bande hertzienne, patrimoine public, a, une nouvelle fois fait l’objet d’une grande braderie.
    MAIS AU FAIT… A QUOI CA SERT ?

    L’essentiel des débits 5G sera réservé à la vidéo en ligne et à l’intrusion inquiétante et mal régulée des objets connectés dans nos vies quotidiennes : de la brosse à dent connectée à la voiture autonome en passant par les panneaux publicitaires connectés personnalisant le message en fonction de la localisation précise du propriétaire d’un portable 5G ou encore la reconnaissance faciale généralisée…

    Alors que les crises écologiques devraient nous conduire à allonger la durée de vie de nos appareils, cette énième « révolution » numérique doit faire l’objet d’un vaste débat social et d’une évaluation environnementale.
    Priartem et Agir pour l’Environnement demandent au gouvernement d’adopter un moratoire sur l’attribution des enchères 5G.”

  2. Très bon article qui permet de se questionner sur l’orientation volontaire ou non de notre choix de société.
    D’un point de vue humaniste effectivement on se questionne sur le Pourquoi. Ceci n’améliorera pas nos relations, nos interactions et au contraire risque de nous plonger dans un monde virtuel déjà navrant.
    D’un point de vue évolution, si l’avenir repose comme proposé sur l’intelligence artificielle alors la 5G sera nécessaire pour permettre une action/réaction presque humaine pour une machine. Je ne dis pas que c’est ce que je veux mais pour beaucoup IA est la voix salvatrice de notre espèce (il suffit de regarder Terminator pour questionner ceci).
    Enfin il existe le point de vue économique, qui de nos jours repose sur la nécessité de renouveler en permanence. Celle ci cause notre perte, massacre une planète si belle et surtout ne permet aux humains qu’une satisfaction éphémère, à peine palpable le temps d’une mise à jour.

    Ayant vécu dans un monde sans internet où pour partager et échanger il fallait littéralement faire l’effort de se voir et ayant vécu les besoins évolutifs de l’implémentation de l’internet, je questionne nos besoins futurs pour sûr. On semble vouloir rajouter sans changer, vouloir aller plus vite sans prendre le temps d’apprécier, faire un like sans vraiment comprendre. Maintenant c’est une perspective quadragénaire et peut être désuète pour les nouvelles générations: tout est question de référentiel….

  3. Bonjour
    article passionnant mais je suis d’un avis totalement opposé. L’accès à la communication pour tous, la couverture 5g nationale doit réduire la fracture numérique et permettre à tous ceux qui n’auront pas accès au haut débit et ou à des ordinateurs d’avoir accès à l’information, de consulter, de s’instruire, de comprendre, de progresser.
    Les grandes universités ouvrent leurs cours en ligne, aujourd’hui, on peut apprendre et demain, on pourra se cultiver gratuitement. Le savoir a été longtemps réservé à une élite, il se démocratise et la 5G fait partie de ses outils, les téléphones multimédias offrent des opportunités incroyables pour le plus grand nombre.

    1. Le avoir a toujours été ouvert à tous: les bibliothèques existent depuis l’Antiquité, l’école est gratuite, le système universitaire français ne coûte pratiquement rien.
      Cette technologie permet juste d’accéder à l’information plus rapidement et avec moins d’efforts mais est-ce une bonne chose? Amenons le sujet de la résilience parmi les jeunes et prenons conscience de la nécessité de cette vertu.

    2. Avec un débit de 100 Megabit, je pense que ces actions sont déjà possibles. Développer la 4g+ au niveau national suffirait.

  4. Bravo, pour ton article. Je partage complètement ton point de vue,
    Je faisais récemment le constat que j’ai acheté mon premier portable il y a seulement 20 ans et que en l’espace de si peu de temps on est tous devenu hyper dépendant des smartphones et de l’accès à un réseau plus performant. C’est indéniable que cela a apporté beaucoup de positif, mais il est peut-être temps avant d’aller encore plus loin de prendre le temps de la reflexion, et ralentir un peu.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.